04 oct 2006

Pour son premier anniversaire Neorphys s'offre un brevet !

Une entreprise de biotech française au positionnement unique en Europe qui sera à EuroBiO


Partenaire info veille biotech
Clic !
 >>>Plan d'EuroBiO
Neorphys vous donne rendez-vous à EuroBiO du 25 au 27 Octobre à Paris sur les stands d’Info Veille Biotech (H27), de Biotechnologies et Finances (H27 bis) et de la Région Languedoc Roussillon ainsi qu'au B4B-Connection info veille biotech de Montpellier le 27 novembre 2007.
Plus d'info : Roger Lahana (CEO), 04 66 02 18 10, rlahana(a)neorphys.com
www.neorphys.com

Neorphys est tout près du CHU de Nîmes Neorphys fêtera son premier anniversaire le 27 septembre 2006. L’occasion de revenir sur le parcours déjà bien rempli de la start-up nîmoise.
La douleur et le désir
Neorphys se positionne d’une façon unique en Europe en concentrant ses activités de R&D sur les médicaments du bien-être (« lifestyle drugs ») et plus précisément sur le traitement de la douleur aiguë, d’une part, et les dysfonctions du désir féminin, d’autre part.

Les enjeux, les objectifs
Le besoin médical non résolu dans le domaine du traitement de la douleur n’est pas d’obtenir des médicaments plus actifs que la morphine – toujours utilisée dans plus de 70% des cas – mais présentant moins d’effets secondaires qu’elle. C’est à cette attente que pense pouvoir répondre Neorphys en concevant des molécules au profil pharmacologique différent de celles actuellement sur le marché.
Les premières d’entre elles, dont l’activité vient d’être validée chez l’animal, font l’objet du premier brevet de l’entreprise, brevet qui sera déposé début octobre.
Quant aux dysfonctions du désir féminin, elles peuvent être d’origine hormonale (ménopause) ou psychologique (suites d’une dépression, d’un cancer, d’une opération chirurgicale mutilante, d’un traumatisme ou tout simplement d’une usure liée à la vie de couple).
L’approche hormonale est suivie entre autres par Procter & Gamble dont le patch de testostérone vient d’obtenir l’agrément au niveau européen. Cependant, elle ne s’applique qu’aux femmes ménopausées ou ayant subi une ovarectomie.
La plupart des géants de l’industrie pharmaceutique, et un certain nombre de biotechs telles que Neorphys, poursuivent la voie des neurotransmetteurs qui s’applique, elle, à toutes les femmes quel que soit leur âge, puisqu’ils agissent sur le déclenchement proprement dit du désir sexuel. Le mécanisme le plus exploré est celui des agonistes de la mélanocortine de type 4 (MC4), dont un candidat-médicament, mis au point par Palatin (USA), se trouve actuellement en Phase 2 sur un échantillon de femmes pré-ménopausées. Le marché potentiel est colossal, vraisemblablement de l’ordre de 20 milliards d’euros par an. En effet, une femme sur trois est concernée dans les pays industrialisés. Neorphys a conçu et synthétisé une quinzaine de nouveaux agonistes MC4, sur le point d'être testés.
Reality check
Dans l’édition d’Info Veille Biotech du 9 novembre 2005, Neorphys présentait pour la première fois publiquement sa stratégie et son plan de développement prévisionnel. Un an après, il est intéressant de comparer les objectifs que Neorphys avait annoncés et ceux qui ont été atteints. Chapeau bas aux deux dirigeants cofondateurs de l’entreprise : pour l’essentiel, tout s’est déroulé comme prévu ! Il suffit presque de remplacer dans l’ancien article les verbes au futur par les mêmes au présent. Pour éviter aux lecteurs cet exercice fastidieux, voici une chronologie des évènements-clés de l’année écoulée et de la vision que Karine Larbouret et Roger Lahana ont des prochaines étapes.

Les joies de l'installation il y a un an...


De la création aux premières molécules validées et au premier brevet
- 27 Septembre 2005
création de Neorphys par Karine Larbouret et Roger Lahana. SAS au capital de 100 000 euros apportés par les deux cofondateurs, rejoints ensuite par un 3e actionnaire, Phil Passani.
- 4 Novembre 2005
obtention d’une subvention SICE de 13 000 euros (Région Languedoc Roussillon et FEDER).
- 27-29 Novembre 2005
participation de Neorphys au Carrefour Européen des Biotechnologies de Lille, sur les stands de la Région LR et d’IVB.
- 1er Décembre 2005
installation dans l’incubateur de la faculté de médecine de Carémeau à Nîmes. Neorphys y occupe environ 200 m² de bureaux et de laboratoires et dispose d’un accès libre à une animalerie de 1000 m².
- 15 Décembre 2005
obtention d’une aide à l’innovation Oséo Anvar et Région Languedoc Roussillon pour un montant total de 210 000 euros.
- 1er Février 2006
recrutement du Dr Christel Gros, chimiste médicinale et peptidiste, et de Valérie Merchez, chargée d’affaires administratives et communication.
- 20 Février 2006
obtention du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI).
- 9-11 Mars 2006
participation de Neorphys au congrès international de l’International Society for the Study of Women’s Sexual Health (ISSWSH) à Lisbonne (Portugal).
- 28 Mars 2006
obtention d’une aide Créalia de 38 000 euros (Région Languedoc Roussillon).
- Juin 2006
recrutement du Dr Cédric Castex, chimiste médicinal, et du Dr Yassine Darbaky, neuropharmacologue spécialiste des modèles comportementaux de la douleur (précédemment chez Sanofi).
- Juillet 2006
obtention d’une première preuve de concept chez l’animal de l’efficacité de nouveaux opioïdes conçus par Neorphys et plus particulièrement par Karine Larbouret. Les molécules ont une efficacité jusqu’à 50 fois supérieure à la morphine à dose équivalente.
- Juin à Octobre 2006
synthèse de dérivés originaux conçus par Christel Gros dans l’axe Désir (agonistes potentiels MC4, preuve de concept en cours).
- Octobre 2006
dépôt du premier brevet de Neorphys (molécules opioïdes analgésiques).
- 20 Octobre 2006
présentation de Neorphys aux premières journées du Pôle Orphème (Nîmes).
- 25-27 Octobre 2006
Neorphys sera à EuroBIO (Paris) sur 3 stands simultanément (dont celui d’IVB).
- Novembre 2006
validation in vitro des molécules de l’axe Désir. Essais complémentaires sur les molécules de l’axe Douleur.
- Novembre 2006
premier partenariat industriel de Neorphys (une annonce sera faite à Eurobio).
- Fin 2006 – début 2007
dépôt du deuxième brevet de Neorphys (molécules agonistes de la mélanocortine agissant sur le mécanisme du désir sexuel).

Un tour de table en 2007
Grâce, entre autres, à un soutien important de la Région Languedoc Roussillon et d’un montant significatif de crédit impôt-recherche pour l’exercice 2006 (qui sera reçu début 2007), ainsi qu’à une gestion rigoureuse de ses coûts de fonctionnement, Neorphys dispose de suffisamment de trésorerie pour continuer à faire avancer efficacement ses deux programmes de recherche, douleur et désir, jusqu’à fin 2007 sur ses propres ressources. Pendant l’année écoulée, des contacts étroits ont été initiés avec certains investisseurs potentiels, en vue de financer la deuxième étape de son développement : amener un candidat-médicament jusqu’en phases réglementaires. Un tour de table devra donc se concrétiser dans le courant de 2007.

Pas de bon produit sans bonne équipe et donc sans pause café...
Une visibilité à faire pâlir les américains !
Une conséquence immédiate du positionnement original de Neorphys est la visibilité remarquable acquise par la start-up dès ses débuts, ce qui s’est traduit par de nombreux articles non sollicités dans la presse régionale, nationale ou internationale. Citons en particulier un article de Tamara Zarkowska dans la revue i-Drugs à l’occasion de BIO 2006 (9-12 Avril 2006, Chicago, USA) et un de Sandrine Cabut dans Libération (8-9 Juillet 2006) intitulé "au bord de l'orgasme".
 
Remerciements : Jean-Marc Battigello, Michel Dauzat, Philippe Berta, Frédéric Escojido, Patrick Sandevoir, Antoine Houssin, Alain Roux, Gav Pasternak, Jim Pfaus, Frédérique Lentiez, Jacques-Bernard Taste, Sandrine Cabut, Tamara Zarkowska, Oséo, Région Languedoc Roussillon, CEEI Nîmes.

>>>Inscrivez-vous à la B4B-Connection de Montpellier et venez rencontrer l'équipe de Néorphys




Abonnez-vous :

Combien font 5 moins 2 (en chiffre)

Buzz buzzzzz !

25%

C'est la part des partenariats de recherche dans le domaine du cancer
logo_ENSTBB_jpg_140.jpg

ENSTBB : Ecole Nationale Supérieure de Technologies des Biomolécules de Bordeaux
LVMH_logo_230.jpg

Centre de Recherche International commun à l’ensemble des Marques de Parfums & Cosmétiques du groupe LVMH, Moët Hennessy – Louis Vuitton
gernopole-logo-gif.gif

Réussir ensemble en biotechnologie
logo-giboo-183x96.png
Infographie et Webdesign

Giboo a conçu et élaboré notre site internet

Innovation and New Trends in Biopharma Outsourcing vol.4

2018 11 outsourcing4 270

La 4ème édition de Biotech-Pharma Outsourcing qui se tienra à Paris les 18 et 19 juin 2019 est consacrée aux 1001 façons innovantes de Sourcer des services, des compétences, des produits en Pharma-Biotech.
En constante évolution, l'Outsourcing fait sa mue au moins tous les 6 mois. Les acheteurs, donneurs d'ordres, outsourceurs sont contraints constamment de revisiter leur métier et leur manière d'interagir avec leurs fournisseurs, prestataires de services, collaborateurs et co-développeurs.
L'outsourcing se cherche et s'invente chaque jour. Pas une seule façon de faire, mais souvent un mix de plusieurs : Alliance, Coopération, Collaboration, In ou Out Sourcing, Licencing, Open Innovation...
Désormais, le numérique devient incontournabe, revisitant les métiers et les manières d'outsourcer, notamment via les Plate-Formes de mise en relation.

En savoir plus...

B4B-Connection made in Buzz4bio : le film !

champagne B4B Connection buzz4bio 270
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur nos B4B-Connections et ce que nous entendons par "slow" business dating made in Buzz4bio.

En savoir plus...

Les B4B-Connections made in Buzz4bio ont 11 ans !

B4B-Connection-logo-270
11 ans de Conventions d'Affaires made in Buzz4bio !

En savoir plus...

Contactez-nous

0.561.987.220