22 oct 2021

Pourquoi l’immunothérapie ne fonctionne-t-elle pas chez certains patients atteints de cancer ?

Selon une nouvelle étude, dans le cadre d’une immunothérapie, les patients atteints de cancer présentant des variantes de l’antigène des leucocytes humains de classe I (HLA I) qui se lient à un large éventail de peptides présentent un taux de survie plus faible.
Le complexe HLA (antigène des leucocytes humains) constitue un élément important de notre système immunitaire. Contrôlé par des gènes situés sur le chromosome humain 6, il encode des protéines de surface des cellules qui jouent un rôle clé dans la génération des réponses immunitaires.

Les gènes HLA sont extrêmement polymorphes, avec une grande variété d’allèles – formes variantes d’un gène – qui permettent d’ajuster avec précision le système immunitaire. Les gènes HLA-I façonnent la réponse immunitaire de notre organisme aux agents pathogènes et au cancer, leur rôle principal étant de présenter les antigènes peptidiques au système immunitaire afin qu’il les détruise. On sait que certains allèles HLA-I agissent comme des généralistes et peuvent se lier à une gamme plus large de peptides que d’autres, ce qui peut contribuer à combattre de nombreuses maladies virales. Mais comment cela affecte-t-il la réponse immunitaire au cancer?

Des chercheurs soutenus par les projets resistance evolution et HCEMM, financés par l’Union européenne, ont découvert que les patients atteints de cancer dont les allèles HLA-I se lient à un large éventail de peptides présentaient un pronostic nettement plus défavorable après une inhibition des points de contrôle immunitaires. Leurs résultats ont été publiées dans la revue «Nature Cancer».

«Au cours de nos précédentes recherches, nous avons démontré que les généralistes permettent au système immunitaire de reconnaître et de détruire davantage d’agents pathogènes. Cela s’explique par la faible similitude entre les protéines humaines et les protéines associées aux agents pathogènes», a expliqué l’auteur principal de l’étude, le Dr Máté Manczinger, du Centre de recherche biologique en Hongrie, dans un article publié sur «ecancer». «Par conséquent, les généralistes présentent en vain plus d’auto-protéines, le système immunitaire pouvant facilement distinguer les agents pathogènes des cellules humaines. En somme, dans le cas des molécules HLA généralistes, la quantité prédomine la présentation des peptides au détriment de la qualité, ce qui entraîne cette piètre reconnaissance immunitaire des tumeurs.»...

La suite sur Cordis

Abonnez-vous :

Combien font 5 moins 2 (en chiffre)

Buzz buzzzzz !

25%

C'est la part des partenariats de recherche dans le domaine du cancer
logo_ENSTBB_jpg_140.jpg

ENSTBB : Ecole Nationale Supérieure de Technologies des Biomolécules de Bordeaux
LVMH_logo_230.jpg

Centre de Recherche International commun à l’ensemble des Marques de Parfums & Cosmétiques du groupe LVMH, Moët Hennessy – Louis Vuitton
logo-giboo-183x96.png
Infographie et Webdesign

Giboo a conçu et élaboré notre site internet

Stemcell Technologies et la recherche scientifique

ON998CS 270x350

STEMCELL Technologies communique sur ses produits et services.

En savoir plus...

Culture Cellulaire vol.2

cell culture vol2 270

Pour la seconde édition, nous traiterons encore à la fois de la culture cellulaire pour la R&D mais aussi pour la Bioproduction.
Tous les acteurs y sont attendus qu'ils soient à la R&D de médicaments, producteurs de solutions, fournisseurs de matériels et solutions innovants, industriels, CMO, CDMO, CRO etc...

En savoir plus...

Bioproduction vol.9 Industrialisation et Usine 4.0

IMG 1494
Retour en images des différents tempos de l'événement à l'Ecole Usine EASE de Strasbourg !

En savoir plus...

Contactez-nous

0.561.987.220