02 nov 2021

Notre cerveau s’anime au rythme de la musique imaginée et du son du silence

De nouvelles recherches ont révélé que les moments de silence entrecoupés de musique déclenchaient une activité cérébrale similaire à celle enregistrée lorsque imaginons une chanson, nous donnant un meilleur aperçu du mécanisme cérébral de la prédiction sensorielle.La musique a le pouvoir de nous émouvoir. Le flux d’une mélodie et les pauses dramatiques qui la rythment peuvent nous affecter comme bien peu d’autres choses dans la vie. Mais que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque nous écoutons de la musique ou que nous pensons à nos chansons préférées ?

Selon des recherches soutenues en partie par le projet NEUME, financé par l’UE, imaginer une chanson déclenche une activité cérébrale similaire à ces moments de silence au milieu d’une mélodie. Même lorsqu’aucune musique n’est diffusée, notre cerveau continue d’y répondre. Les résultats de l’étude nous permettent de mieux comprendre les prédictions sensorielles humaines, c’est-à-dire la capacité du cerveau à utiliser les informations sensorielles de l’environnement pour faire des prédictions sur des événements futurs.

En écoutant de la musique, notre cerveau essaie constamment de prédire ce qui va se passer ensuite. Il utilise le rythme de la musique pour interpréter et anticiper la mélodie en cours. Tout ce qui est inattendu, comme un accord dissonant, augmente l’activité cérébrale. L’équipe de recherche a cherché à isoler le signal de prédiction du cerveau du signal qu’il produit lorsqu’il écoute réellement de la musique. Pour ce faire, ils ont utilisé des électroencéphalogrammes (EEG) pour étudier comment le cerveau réagissait aux intervalles de silence disséminés dans la musique. Ils ont donc mesuré l’activité cérébrale de musiciens professionnels lorsqu’ils écoutent ou imaginent les mélodies au piano de Bach.

L’activité cérébrale des musiciens s’est avérée être du même type lors des intervalles silencieux – lorsqu’une note était attendue mais n’était pas jouée – et lorsqu’ils imaginent la musique. Cependant, lorsqu’ils écoutaient de la musique, leur activité cérébrale avait une polarité électrique inverse à la fois par rapport au silence et à la musique imaginée, ce qui suggère des activations cérébrales différentes.;;

La suite sur Cordis

Abonnez-vous :

Combien font 5 moins 2 (en chiffre)

Buzz buzzzzz !

25%

C'est la part des partenariats de recherche dans le domaine du cancer
logo_ENSTBB_jpg_140.jpg

ENSTBB : Ecole Nationale Supérieure de Technologies des Biomolécules de Bordeaux
LVMH_logo_230.jpg

Centre de Recherche International commun à l’ensemble des Marques de Parfums & Cosmétiques du groupe LVMH, Moët Hennessy – Louis Vuitton
logo-giboo-183x96.png
Infographie et Webdesign

Giboo a conçu et élaboré notre site internet

Stemcell Technologies et la recherche scientifique

ON998CS 270x350

STEMCELL Technologies communique sur ses produits et services.

En savoir plus...

Culture Cellulaire vol.2

cell culture vol2 270

Pour la seconde édition, nous traiterons encore à la fois de la culture cellulaire pour la R&D mais aussi pour la Bioproduction.
Tous les acteurs y sont attendus qu'ils soient à la R&D de médicaments, producteurs de solutions, fournisseurs de matériels et solutions innovants, industriels, CMO, CDMO, CRO etc...

En savoir plus...

Bioproduction vol.9 Industrialisation et Usine 4.0

IMG 1494
Retour en images des différents tempos de l'événement à l'Ecole Usine EASE de Strasbourg !

En savoir plus...

Contactez-nous

0.561.987.220